Éducation

L’école est la question politique par excellence. À travers elle, une société se demande quel patrimoine historique et culturel elle entend transmettre aux nouvelles générations. À travers elle, elle se demande ce qui doit durer et assurer le lien entre les générations. Comment s’insère-t-elle dans le monde commun que forme la culture québécoise? Dans ses travaux, l’IRQ aborde la question de l’école dans cette perspective civilisationnelle, en refusant de la dissoudre dans les seuls termes de la technique pédagogique.

Le cours Éthique et culture religieuse : transmission des connaissances ou endoctrinement?
Le nouveau cours d’histoire du Québec au secondaire : l’école québécoise au service du multiculturalisme canadien?

Histoire et commémorations

La formule est classique : un peuple qui ne connait pas son passé s’engagera dans l’avenir sans repères ni boussole. Le passé d’une nation n’est pas un passif à liquider : c’est un héritage qu’il s’agit de ressaisir à chaque génération. Lorsque la conscience historique s’assèche, c’est la vie démocratique qu’on condamne à l’appauvrissement, parce qu’alors, c’est la possibilité même d’une aventure collective qui disparait. Dans ses travaux, l’IRQ aborde ainsi la question de l’histoire et des commémorations en ayant à l’esprit ce souci d’identité collective.

Les commémorations historiques nationales au Québec. Recommandations pour une politique d’envergure.
Le 150e de la Confédération

Langue française

La langue française est le noyau existentiel de l’identité québécoise. C’est à travers elle que notre peuple se projette dans le monde et y affirme sa singularité existentielle. On comprend pourquoi les Québécois, depuis toujours, s’inquiètent pour son avenir: c’est le sort inévitable d’une petite nation aux marches de l’empire américain. Depuis cinquante ans, les Québécois ont voulu assurer le pouvoir du français. C’était le projet de la Révolution tranquille. Cet objectif demeure aujourd’hui absolument légitime, et c’est dans cette perspective que travaille l’IRQ.

La Charte de la langue française et l’abandon des moyens pour atteindre son objectif
Les adversaires de la loi 101 : positions et argumentaires de 1977 à 2013
L’apprentissage des langues secondes, un choix politique controversé

Multiculturalisme

Le Québec est soumis à un ordre constitutionnel, celui de 1982, qui a censuré le principe des deux peuples fondateurs pour le remplacer par celui du multiculturalisme. Le peuple québécois est privé de reconnaissance politique et condamné à n’être plus qu’une communauté culturelle parmi d’autres soumise au multiculturalisme d’État. Cette disqualification politique de la nation québécoise s’inscrit dans un contexte mondial où le multiculturalisme disqualifie la nation en général. L’IRQ mène, de ce point de vue, une critique de l’idéologie multiculturaliste.

Vers une politique de la convergence culturelle et des valeurs québécoises
30 ans plus tard : la question nationale québécoise dans le Canada de 1982

Nationalisme

Le nationalisme québécois est fondé sur deux principes : celui du Québec d’abord et celui de la défense et de la promotion de l’identité québécoise. S’il s’est traduit politiquement de nombreuses manières au fil de l’histoire, il demeure attaché à une certaine idée de la singularité québécoise : la nation québécoise a son propre destin, quel que soit le cadre politique qu’elle privilégie, elle est seule maîtresse de son destin. C’est cette idée phare que l’IRQ a mis de l’avant depuis sa fondation, en cherchant à l’inscrire dans les différents contextes politiques.

Treize idées pour renforcer la défense et la promotion de l’identité québécoise
Douze idées pour renforcer la défense et la promotion de l’identité québécoise
Le nouvel argumentaire fédéraliste

Question constitutionnelle

Le peuple québécois est soumis à un ordre constitutionnel auquel il ne s’est jamais rallié et qui lui a été imposé contre sa volonté. Et une constitution n’est pas qu’un cadre abstrait auquel on pourrait cesser de penser pour s’occuper des vraies affaires : c’est le cadre institutionnel très concret dans lequel on pourra justement débattre des enjeux collectifs. De quelle manière la constitution canadienne pèse-t-elle sur la vie démocratique québécoise? L’IRQ entend, avec ses travaux, garder vivante la critique d’une constitution qui demeure illégitime.

La disposition dérogatoire des chartes des droits : de la théorie à la pratique, de l’identité au progrès social
Critiquer un gouvernement ou un régime politique?
Qu’est-ce que le trudeauisme?
Les obstacles juridiques à une réforme du fédéralisme
De la reconnaissance du Québec à celle des Québécois : retour sur la reconnaissance de la nation par le gouvernement de Stephen Harper à l’automne 2006

Question nationale à travers le monde

No 1 : Vers un référendum sur l’indépendance en Catalogne?
No 2 : La Belgique va-t-elle éclater ?
No 3 : L’Écosse et le référendum : le point de non-retour ?
No 4 : Les pays Baltes : La revanche des trois petites nations.
No 5 : Tchécoslovaquie : le divorce de velours
No 6 : La Slovaquie : de mariage contractuel à divorce de velours
No 7 : La renaissance du Montenegro
No 8 : Protection des langues nationales : quelques exemples européens
No 9 : L’Union européenne : crise d’identité ?
No 10 : L’échec du multiculturalisme en Europe de l’Ouest